Le Conseil constitutionnel a retoqué vendredi l’essentiel d’une proposition de loi visant à imposer des “mesures de sûreté” aux personnes condamnées à au moins cinq ans de prison pour des infractions en lien avec des faits de terrorisme. L’opposition savoure un nouveau camouflet infligé à l’exécutif et à la majorité.