Les interactions entre les protéines S virales de surface et leur récepteur cellulaire sont un élément clé pour que le coronavirus puisse entrer dans la cellule. Une étude américaine a identifié une zone de la protéine S qui, si elle est modifiée, réduit la force de ces interactions.