Les rats et les souris ne sont pas les seuls à résoudre des labyrinthes en laboratoire. Le blob en « personne » s’est adonné à l’exercice avec succès. Mais cette fois-ci, ce sont des amibes et des cellules qui ont relevé le défi lancé par centre Cancer Research UK.