Malgré la forte progression du nombre de cas positifs au coronavirus, les hôpitaux sont loin de connaître l’affluence du mois d’avril et les décès ne repartent pas à la hausse. Une mystérieuse décorrélation qui peut s’expliquer de plusieurs manières.