Des passes d’armes sur le port du masque et problèmes techniques ont parasité jeudi le deuxième jour du procès historique des attentats de janvier 2015 à Paris, consacré à l’examen des personnalités des accusés.