Parmi toutes les personnes infectées par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), il existe une toute petite fraction qui peut contrôler naturellement la réplication du virus. Une étude offre des nouveaux indices sur ce phénomène.