La première étude menée chez l’humain montre qu’on peut réduire les comportements addictifs de l’alcoolisme en modifiant la composition du microbiote. Preuve que cette maladie trouve son origine pas seulement dans le cerveau mais aussi dans l’intestin.