Un proche de l’agent de maintenance Frédéric Boisseau, première victime de l’attentat de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, a rendu mardi devant la Cour d’assises spéciale de Paris un long hommage à ce “père de famille” tué alors qu’il n’avait “rien demandé à personne”.