Des observations très préliminaires avaient suggéré que les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) pouvaient potentiellement aggraver l’état d’un patient infecté par le SARS-CoV-2. Selon une récente étude d’observation, ce n’est pas le cas.