L’ancien président de la fédération internationale d’athlétisme Lamine Diack a été condamné mercredi à Paris à quatre ans de prison, dont deux ans avec sursis, pour son implication dans un réseau de corruption destiné à dissimuler des cas de dopage en Russie.