Les hommes âgés qui ont déjà connu une maladie coronarienne voient leur risque de mortalité augmenté. Et avoir un mauvais caractère n’arrange pas les choses, selon cette étude.