Ce morceau de chromosome qui nous vient de la préhistoire semble être un facteur aggravant de la Covid-19. Découvert chez les personnes nécessitant une hospitalisation après avoir été infectées par le coronavirus, il est présent chez 16 % de la population européenne.