Le 3 octobre 1940, la loi portant sur le “statut des juifs” en France était promulguée par le régime de Vichy. Ce texte définissait juridiquement l’appartenance à une prétendue “race juive” et listait les professions interdites aux personnes concernées. Quatre vingt ans après, l’historien Laurent Joly revient sur la genèse et les conséquences de ce texte.