Une récente méta-analyse répond un peu plus précisément à la question du nombre de personnes asymptomatiques et leur rôle dans la transmission du virus.