Une récente étude suggère qu’un cycle menstruel irrégulier pourrait être un facteur de risque de mortalité prématurée.