Une récente étude longitudinale prospective suggère que la santé mentale de notre enfance et de notre adolescence influence certains marqueurs biologiques à l’âge adulte ainsi que l’espérance de vie.