Affecté par la première vague de Covid-19, le personnel soignant mobilisé au printemps dans des services de réanimation appréhende l’arrivée d’un nouveau pic épidémique, même si la maladie est désormais mieux prise en charge.