Une étudiante sur vingt a déjà été victime de viol, une sur dix d’agression sexuelle, des violences attribuées notamment à “l’effet de groupe” ou à l’alcool, selon les constats qui ressortent d’une enquête dans l’enseignement supérieur publiée lundi.