Une récente étude randomisée qui a duré cinq ans suggère que l’intensité de l’activité physique a peu d’importance concernant le risque de mortalité mais que pour la qualité de vie, mieux vaut s’activer.