La perte de poids serait un facteur prédictif des futurs troubles alimentaires, notamment l’anorexie et la boulimie, chez les jeunes femmes.