Les autorités ont engagé, mardi, une procédure de dissolution visant l’ONG BarakaCity et le Collectif contre l’islamophobie en France, qui ont d’ores et déjà contesté la mesure administrative. Un bras de fer juridique risqué pour l’Etat français.