Plusieurs études ont d’ores et déjà permis d’identifier certaines des causes responsables de l’extrême virulence et infectiosité du coronavirus de 2019. Néanmoins, une pièce du puzzle manquait encore. Une pièce qui viendrait possiblement d’être découverte.