Anxiété, isolement social, comportements addictifs… Le deuxième confinement débuté vendredi pourrait fragiliser encore davantage la santé mentale de nombreux Français, déjà mise à mal depuis le printemps, estime la psychiatre Astrid Chevance.