Des chercheurs allemands ont testé l’activité antivirale de l’aprotinine, une molécule utilisée pour réguler la perte de sang durant les opérations. Cette dernière limite la réplication du coronavirus in vitro.