Une équipe américaine est parvenue à réduire le plaisir de manger et à accroître le niveau d’exercice chez des souris, en désactivant un gène spécifique dans le cerveau.