Des chercheurs américains et canadiens ont fait une découverte qui pourrait ouvrir la piste vers une meilleure compréhension des inflammations intestinales et donc, potentiellement développer de nouveaux traitements.