L’article 24 de la proposition de loi française “sécurité globale” prévoit de punir la diffusion “dans un but malveillant” d’images de policiers ou de gendarmes en opération. Défenseurs des droits humains, journalistes et cinéastes dénoncent une atteinte sans précédent à la liberté d’informer.