Alors que le projet d’un musée mémorial dédié aux victimes du terrorisme prend forme, historiens, sociologues, neuropsychologues ou encore archivistes continuent à bâtir la mémoire des attentats les plus meurtriers perpétrés en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.