À l’aide d’une méthode d’apprentissage automatique, des chercheurs ont pu déterminer que notre alimentation et notre microbiote déterminent en grande partie ce qui circule dans notre sang.