L’examen d’un projet de loi sécuritaire, qui prévoit notamment l’encadrement controversé de la diffusion de l’image des policiers et gendarmes, a débuté mardi soir à l’Assemblée nationale sur fond de contestations dans l’hémicycle comme dans la rue.