Après avoir été marginalisée, l’hypothèse virale gagne du terrain dans le cadre de l’étiologie de la maladie d’Alzheimer. Que faut-il penser de cette hypothèse ? Nous avons interrogé un directeur de recherche et un enseignant en philosophie.