Si l’article 24 interdisant de diffuser des images de policiers a beaucoup fait parler d’elle, d’autres aspects de la proposition de loi “sécurité globale” posent problème, comme la surveillance par des drones ou le recours massif à la sécurité privée.