Deux ans après la mort de Zineb Redouane, touchée à Marseille par une grenade lacrymogène en marge d’une manifestation des Gilets jaunes, une contre-expertise indépendante valide la thèse d’un tir tendu, contrairement aux premières conclusions de l’enquête.