Après cinq jours de plaidoiries des avocats des parties civiles, Richard Malka, défenseur de Charlie Hebdo, a été le dernier à prendre la parole, vendredi, face à la Cour d’assises spéciale de Paris, plaidant pour “la libre critique des religions” et rendant hommage aux dessinateurs assassinés.