L’avocate de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption et trafic d’influence, a plaidé mercredi la relaxe pour l’ancien président, dénonçant un “désert de preuves” dans l’affaire dite des “écoutes”.