Une nouvelle molécule testée in vitro et chez l’animal pourrait être en capacité de prévenir l’infection au SARS-CoV-2 en entravant sa liaison à sa porte d’entrée favorite : le récepteur ACE2. Évidemment, des essais cliniques seront nécessaires pour confirmer ces allégations.