C’est la fin du procès dit des “écoutes” qui aura vu pour la première fois sous la Ve République un ancien chef de l’État comparaître pour corruption. Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 1er mars 2021. Le parquet national a requis quatre ans de prison dont deux ferme à l’encontre de Nicolas Sarkozy, soupçonné d’avoir obtenu des informations confidentielles de la part d’un magistrat contre un poste prestigieux à Monaco.