La sociologue Agnès de Féo signe un ouvrage passionnant, “Derrière le niqab” (éd. Armand Colin). Fruit de dix ans d’enquête, ce travail au long cours tente de déconstruire les idées reçues et de dresser un bilan de la loi de 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public en France. “On a assisté à une augmentation des femmes portant le niqab après la loi”, note la sociologue. “Certaines se sont même converties à l’islam pour porter l’objet interdit”, obéissant à un “phénomène d’auto-marginalisation”, poursuit Agnès de Féo, qui note qu’aujourd’hui, “le port du masque a pour certaines remplacé le port du voile intégral”.