Selon une récente méta-analyse, il n’y aurait pas, comme le pensait la communauté scientifique, de tempête cytokinique chez les patients Covid sévère et critique.