Le variant anglais du coronavirus fait l’objet d’une attention toute particulièrement de l’autre côté de la Manche. Il se distingue par un nombre très important de mutations dans la spicule, la protéine clé de l’infection.