Le “mutant” britannique, retrouvé aujourd’hui dans 1,3 % à 1,4 % des tests positifs au Covid-19 en France, devrait remplacer le virus actuel dans deux à trois mois. “C’est une bascule inéluctable”, explique à l’AFP le Pr Bruno Lina, qui coordonne au niveau national la cartographie de sa circulation.