Une récente revue systématique suggère qu’une trentaine de gènes serait associée à nos comportements physiques ou sédentaires.