Faute de doses de vaccins en nombre suffisant, trois agences régionales de santé (ARS) ont d’ores et déjà annoncé devoir repousser les rendez-vous de vaccination prévus. Des retards qui risquent de remettre en cause les objectifs de la campagne française.