Des scientifiques anglais ont détecté une nouvelle mutation dans la protéine S du variant anglais du SARS-CoV-2. Cette dernière, présente dans les variants sud-africains et brésiliens, pourrait lui permettre d’échapper aux anticorps vaccinaux.