Le tribunal administratif de Paris a reconnu mercredi l’État français coupable d’inaction climatique, mais a reporté de deux mois sa décision sur d’éventuelles injonctions. Les ONG saluent une victoire “historique”. Sur le fond, les avancées juridiques restent toutefois minimes.