Depuis début décembre, les invendus ont droit à une seconde vie grâce au travail d’une association marseillaise qui œuvre contre le gaspillage alimentaire.