Le Kremlin a rejeté toute responsabilité dans une cyberattaque, révélée lundi, ayant touché des entités françaises pendant plusieurs années. Selon la France, celle-ci présentait des similarités avec le mode opératoire Sandworm, généralement attribué au renseignement militaire russe.