Sur fond de libération de la parole des victimes, l’Assemblée nationale examine jeudi les moyens pour mieux protéger les mineurs face aux violences sexuelles : viols, inceste et prédateurs opérant sur Internet.