Après la controverse suscitée par l’enquête sur “l’islamo-gauchisme” à l’université, qu’elle a diligentée, Frédérique Vidal, la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a dit lundi regretter la polémique. Elle rappelle que sa priorité reste le sort des étudiants.