Voilà une observation totalement inédite. L’analyse du génome de l’Ebolavirus, responsable d’une flambée épidémique en Guinée depuis février dernier, montre qu’il est quasi identique à celui de l’épidémie de 2013-2016. L’hypothèse ? Le virus serait resté caché dans le corps d’un survivant…